La logistique de construction de Yamal LNG, un véritable tour de force

Dans le Grand Nord russe, à 600 km au-delà du cercle polaire, des moyens logistiques hors normes sont mis en œuvre pour assurer, fin 2017, le démarrage de Yamal LNG. Total a bâti au côté de ses partenaires Novatek, CNPC et Silk Road Fund, un hub régional de transport de grande capacité, une infrastructure décisive pour respecter les délais de mise en production record de ce projet gazier gigantesque.

Le GNL, une énergie d’avenir

Yamal LNG, construction de l’extrême

Lorsque la construction des installations de Yamal LNG a débuté à Sabetta en 2011, le site ne disposait d'aucune voie d'accès terrestre ou maritime. La zone est enclavée dans une région sauvage et reculée sur les bords de l'Ob, un fleuve pris par les glaces huit mois par an, à l’écart de toute ville et de toute infrastructure pétrolière. Il fait nuit noire deux mois par an. En hiver, la température peut chuter jusqu'à ‑50°C.

Expert_GuillaumePottier_1456x1941_FR
Guillaume Pottier

GNL

EP.TOTAL-EXPERTISES_GNL_YAMALLOGISTIQUE_Sabetta_09_2015_0498
A Sabetta, l'accès maritime a véritablement conditionné la construction du site Yamal LNG dans les délais impartis.

La complexité de l’environnement de la péninsule de Yamal fait donc de la logistique un défi hors du commun, puisqu’il s’agit de construire, en six ans à peine, une usine de liquéfaction de gaz naturel d'une capacité de 16,5 Mt par an, quatre réservoirs de stockage de 160 000 m³ chacun et un terminal maritime d’export de GNL.

Pour cela, il a fallu acheminer et héberger sur place jusqu'à 20 000 personnes, transporter depuis les chantiers navals asiatiques les 150 modules préfabriqués de l'usine LNG, d'un poids de 200 à 8 000 tonnes chacun, approvisionner le chantier en matériaux et en équipements, dont plus de 5 millions de tonnes métriques de vrac : sable, gravier, ciment, dalles en béton, etc. Avec une difficulté supplémentaire : ce vrac et ces modules devaient être acheminés par voie maritime dans une fenêtre de temps restreinte, lorsque l'Ob est libre de glace, soit quatre mois par an, entre mi-juin et mi-octobre.

  • La plupart des équipements et matériaux de construction nécessaires doivent être livrés sur place via la route maritime du Nord.
  • sabeta
    La plupart des équipements sont fabriqués et pré-assemblés dans divers chantiers navals en Extrême-Orient avant d'être acheminés sur place puis assemblés.
  • sabeta
    Au cours de l'été 2016, le chantier de construction a mobilisé pas moins de 20 000 personnes, qui logeaient dans différents quartiers spécialement aménagés pour ce projet.
  • sabeta
    Préalablement à l'export du GNL et des condensats, le port ainsi que l'usine de liquéfaction doivent être construits et opérationnels.
Suivant Previous

La Northern Sea Route East (NSR East), un enjeu stratégique

En hiver, les modules de l'usine GNL sont convoyés depuis les yards asiatiques via le Canal de Suez. Leur transit dure 53 jours.

Or, le transport par la Northern Sea Route côté Est, par le Détroit de Béring, réduirait le temps d'acheminement de 20 jours, et les coûts de transport du tiers. Plus directe, cette route du Nord est déjà empruntée en été, du fait de la fonte des glaces.

Déverrouiller le trafic maritime de cette route du Nord très active avant les années 1990, est aujourd'hui redevenu un enjeu commercial majeur et une ambition nationale pour les autorités russes.

Une logistique marine de grande ampleur

L'accès maritime a véritablement conditionné la construction de Yamal LNG dans les délais impartis. La livraison des modules a commencé en septembre 2015 avec une flotte de porte-modules qui a atteint une vingtaine de bateaux au cours de l’été 2016. Deux d'entre eux possèdent la classe russe glace Arc4 et peuvent ainsi accéder au site jusqu'en novembre.

Pour s'affranchir des glaces et être en mesure de livrer les modules en hiver entre 2014 et 2016, deux porte-modules à coque renforcée de classe Arc ont été construits.

Audax et Pugnax, 2 nouveaux portes-modules brise-glace de classe Arc7

  • Conçus et construits en Chine, les brise-glaces de classe Arc7 Audax et Pugnax ont été mis en service en février 2016.
  • EP.TOTAL-EXPERTISES_GNL_YAMAL_LOGISTIQUE_dji0054.png

Pugnax maiden voyage
    Ces deux navires PC3 de transport lourd font 206 m de long et bénéficient d’un tirant d’eau de 7,5 m.
  • Quelque 150 modules lourds seront livrés par voie maritime via 10 navires transporteurs de charges lourdes (HTV – Heavy Transportation Vessel) et 8 HTV affrétés sur le marché spot.
  • Conçus et construits en Chine, les brise-glaces de classe Arc7 Audax et Pugnax ont été mis en service en février 2016.
    Leur équipement spécifique leur permet de casser jusqu’à 1,5 m de glace à une vitesse de 2 nœuds.
Suivant Previous

Un port maritime de marchandises a aussi été construit spécialement à Sabetta pour décharger les modules. Opérationnel depuis 2015, il dispose à ce jour de six quais, dont deux de 200 m de longueur. Une flotte de servitude assure l’opération du port. Elle comprendra, à terme, un brise-glace diesel de classe Arc7 d'une puissance de 12 MW, un remorqueur brise-glace Arc6 de 7 MW d'une capacité de traction de 90 tonnes et trois remorqueurs renforcés de classe Arc4 (4 MW, 70 t).

 

Entre juin et septembre, lorsque les livraisons par voie maritime libre de glace connaissent un pic important, la coordination des opérations est primordiale afin d'éviter tout incident ou retard. Le projet repose sur l’utilisation d’un logiciel développé par l’équipe logistique de l’E&P de Total qui assiste la gestion des flottes de porte-modules. Pour optimiser en temps réel les routes suivies par les bateaux, un centre d'opérations a été mis en place pour rassembler et relayer depuis Paris et Moscou les données MeteOcean, les positions des navires et les conditions des glaces.

 

Le port belge de Zeebruges a lui aussi été mis à contribution pour répondre aux besoins logistiques de Yamal LNG : une zone de stockage des modules et du vrac y a été aménagée pour lisser les flux de livraison. Plusieurs navires livrent Sabetta à partir de ce port de transbordement, notamment les porte-modules Audax et Pugnax en hiver.

 

Transport aérien et hébergement : une dimension inédite

La construction d'un aéroport international à Sabetta a joué un rôle déterminant dans l'ouverture de la péninsule de Yamal, région au potentiel gazier considérable.

La construction à Sabetta d'un aéroport international était un élément clé pour désenclaver la péninsule de Yamal, région à fort potentiel gazier. Avec la montée en puissance du site, et compte tenu de l’importance des effectifs, il était en effet impossible de continuer à acheminer les équipes par hélicoptère. Les travaux de construction de l’aéroport ont débuté très tôt, dès 2011. L'aéroport, inauguré en février 2015, dispose aujourd’hui d'une piste de 2,6 km de longueur et de 47 m de largeur, capable d'accueillir des Boeing 767. Pour l’année 2016, nous attendons environ 150 000 passagers, collaborateurs ou sous-traitants de Yamal LNG, acheminés par vols directs depuis Moscou ou Samara, et même Pékin.

 

Pendant l'été 2016, quelques 20 000 personnes ont travaillé simultanément sur le chantier, hébergées dans plusieurs camps construits spécialement sur place. Grâce à l’expérience russe en Sibérie et en Arctique, la logistique de support aux personnes est bien rodée dans cette ville-champignon de l'extrême, située dans un endroit quasiment vierge il y a encore cinq ans. Aujourd’hui, ce site dispose de sa centrale électrique, de son réseau de transport des ouvriers, avec hébergement et récréation, dont les traditionnels banias russes (saunas).

 

En 2018, l'imposant hub portuaire et aéroportuaire, créé de toutes pièces par les logisticiens pour la construction de Yamal LNG, évoluera sans changer de mission : il assurera le transport du GNL et les rotations du personnel d'exploitation. Quinze méthaniers brise-glace Arc7, onze méthaniers conventionnels et deux pétroliers arctiques Arc7 prendront alors le relais des porte-modules sur les routes maritimes du Grand Nord. Près de la moitié des cargaisons livreront l'Asie via la Northern Sea Route East en été, via Zeebruges en hiver.

 

Retrouvez notre dossier GNL sur TOTAL.COM

BILLET D'EXPERT

Fondations sur permafrost : le défi de la construction à Yamal LNG

BILLET D'EXPERT

Méthanier brise-glace : une première dans le transport du GNL

PROJET

Yamal LNG

PROJET

GLNG Project

PROJET

Ichthys

PUBLICATION

Modelling brash ice growth in ports