L’utilisation d’un AUV pour les inspections en offshore profond : une approche innovante

Total a effectué la première campagne d’inspection à grande échelle en offshore profond en utilisant non pas un ROV, mais un AUV. Un vecteur peu commun, puisque normalement réservé à l’acquisition géophysique sous-marine. Intégrant des capteurs nouvelle génération, ce Véhicule Sous-Marin Autonome a donc effectué un relevé global de 502 kilomètres de pipelines dans le Bloc 17. Une démarche inédite et audacieuse qui permet de penser une nouvelle stratégie pour la gestion de l’intégrité des pipelines sous-marins.

EP.TOTAL.COM_INNOVATIONS_BI2017_AUV_BIO_EricCauquil_1_FR
Eric Cauquil

Best Innovators

EP.TOTAL.COM_INNOVATIONS_BI2017_AUV_BIO_JeanBaptisteGeldof_1_FR
Jean-Baptiste Geldof

Best Innovators

EP.TOTAL.COM_INNOVATIONS_BI2017_AUV_BIO_VincentLatron_FR
Vincent Latron

Best Innovators

Best Innovators 2017 : Inspection par AUV - une démarche inédite et audacieuse en offshore profond.

Penser un autre usage pour l’AUV

En offshore profond, l’inspection des infrastructures est primordiale pour évaluer l’état des installations et en assurer l’intégrité, puisqu’ils sont soumis à de fortes contraintes géo-environnementales. Mais depuis les premiers développements profonds à la fin des années 1990, le nombre de pipelines installés a considérablement augmenté. Ce qui nécessite des campagnes d’inspection de plus en plus coûteuses et chronophages, effectuées par ROV (Robots sous-marins téléguidés).

 

Afin d’optimiser sa stratégie de gestion de l’intégrité de ses infrastructures subsea, notre filiale angolaise a mis au point une approche d’inspection innovante en employant un AUV (Véhicule sous-marin autonome). Bien que normalement réservé à l’acquisition géophysique, ce vecteur présente un avantage de taille : un coût 4 fois moindre, pour des opérations 5 fois plus rapide.

Un équipement haute définition pour réaliser les inspections les plus courantes

En plus des capteurs traditionnels (Echo sondeur multi faisceaux, sonar latéral, sondeur de sédiments), l’AUV intègre de nouveaux capteurs tels qu’un laser sous-marin et une caméra optique haute définition. Des outils largement utilisés par l’industrie pétrolière, mais jamais pour une application subsea à grande échelle. Autant d’éléments qui permettent de combler les lacunes technologiques d’un AUV par rapport à un ROV. Et d’obtenir ainsi des données hydrographiques à l’échelle micro-bathymétrique en haute résolution, parfaitement utilisables pour une modélisation 3D et la visualisation en photomosaïque.

 

De nombreux capteurs de navigation sont également intégrés afin de garantir au mieux le bon positionnement de l’AUV, comme l’INS (Inertial Navigation System) ou le DVL (Doppler Velocity Log). D’autant que l’ensemble des résultats sont géo-référencés puis publiés dans un Système d’Information Géographique (SIG) personnalisé. Les différents utilisateurs (inspecteurs, ingénieurs pipeline, géotechniciens) peuvent ainsi visualiser et analyser les données sur une interface graphique unique.

 

L’AUV permet donc un relevé de référence précis. Mais aussi une identification des points d’intérêts particuliers, nécessitant une plus grande vérification ou bien la mise en place de mesures correctives. Même si un remplacement total des ROV pour les inspections de pipeline est encore impossible, à cause de l’absence de capteurs de mesure de protection cathodique sur les AUV, la qualité des résultats excède largement ce qui était habituellement obtenu.

  • Instrumentation de l’AUV pour les campagnes d’inspection de pipeline
  • Vue en perspective du nuage de points laser en 3D d’un pipeline
  • Vue en perspective du nuage de points laser en 3D d’une structure intermédiaire de pipeline
  • Photomosaïque d’une section de pipeline.
  • Visualisation des données AUV sous SIG permettant une lecture simultanées des résultats le long d’un pipeline
Suivant Previous