Please check an answer for every question.
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Nous partageons également des informations de votre navigation avec nos partenaires analytics. Ils peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueillies suite à l'utilisation de leurs services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.
Enabling this category of cookie would establish statistics of attendance on the site. Disabling them prevents us from tracking and improving the quality of our services.

En intégrant l’usine de liquéfaction à la plateforme, le FLNG constitue une nouveauté importante pour la performance opérationnelle du secteur gazier. Assurer une production continue et son transfert vers des méthaniers, quelles que soient les conditions métocéan, constitue aujourd’hui un enjeu majeur pour abaisser les coûts des projets gaziers offshore et pour asseoir notre position stratégique de deuxième acteur du marché du GNL.

aroquiaradj_gervais_exploration_production_total
Aroquiaradj Gervais

GNL

benoit_grovel_exploration_production_total
Benoît Grovel

Installations pétrolières

geoffrey_jones_exploration_production_total
Geoffrey Mark Jones

GNL

Un FLNG pour exploiter à moindre coût des gisements gaziers difficiles d'accès

L’exploitation du gaz naturel en offshore se résumait jusqu’à peu à son extraction puis son transfert par pipeline vers une usine de traitement à terre. Le gaz naturel est ensuite généralement traité pour être injecté dans un réseau de gazoducs et/ou liquéfié pour un export par méthanier. Néanmoins, la construction de pipelines entre le lieu d’extraction et le littoral rend coûteuse voire impossible l’exploitation des gisements en mer éloignés des côtes et/ou difficiles d’accès.

Pour éviter cette construction d’installations complexes et d’infrastructures onéreuses, le FLNG (Floating Liquefied Natural Gas) a été conçu et développé pour combiner à la fois une unité d’extraction et une usine de liquéfaction du gaz naturel. Avec à la clé, des économies substantielles et la possibilité de préserver des zones côtières parfois sensibles d’un point de vue environnemental.

Avec une production de GNL continue 24h/24 et une capacité de stockage limitée, les transferts doivent être réalisés vers des méthaniers à un rythme soutenu (tous les 5 à 6 jours), via des bras de chargement cryogéniques, capables de supporter la température de -163°C. Cette nécessité peut être contrariée par des fenêtres météorologiques défavorables. Si les mauvaises conditions perdurent quelques jours, la production du FLNG doit être arrêtée, générant en cascade des opérations de préservation du système de production sous-marin et des trains de liquéfaction qui doivent être maintenus à froid pour limiter le temps de redémarrage.

Des techniques de transfert du GNL pour parer à toutes les conditions métocéan

L’industrie gazière sait de longue date transférer du GNL d’un méthanier à un autre. Cependant ce type de transfert est réalisé dans des conditions de mer calme choisies par les équipages, avec des paramètres scrupuleusement analysés (hauteur significative des vagues Hs, vitesses de courant et du vent). En effet, la combinaison des directions respectives de ces éléments, le creux des vagues, les forces répulsives et la limitation en puissance des moteurs rendent inopérant les tugs qui manœuvrent le méthanier.

Roulis excessif du méthanier, tension élevée des câbles d’amarrage, compression des bouées limitant les chocs entre navires, étirement des bras de chargement articulés avec endommagement des flexibles sont autant de problèmes qui peuvent survenir en phase d’amarrage ou durant la phase de transfert du GNL. Ces incidents peuvent être fatals pour le personnel et endommager les installations. Seul l’arrêt préventif du transfert afin de désaccoupler les navires à temps permet de juguler les risques. Opération délicate par nature, la maîtrise de transfert du GNL constitue donc un enjeu majeur pour l’essor des FLNG.

Actuellement, il existe trois concepts de transfert dit ship to ship (de bateau à bateau) :

- le side by side : les deux bâtiments sont positionnés côte à côte permettant au méthanier de s’amarrer au FLNG pour procéder au chargement.
- le tandem : le FLNG et le méthanier sont alignés l’un derrière l’autre ; ce concept nécessite un méthanier adapté au système de chargement et disposant d’un système fiable de propulsion et de positionnement dynamique pour se maintenir à distance.
- le système en parallèle : analogue au système en tandem mais FLNG et méthanier sont positionnés  sur des axes parallèles. Ce système permet l’utilisation de méthaniers standards.

Pour le moment, la seule solution pratiquée pour le transfert de GNL en pleine mer est le side by side.

Maîtriser le transfert de GNL entre deux navires (en anglais uniquement) - Exploration Production - Total

Abandonner l'ancrage sur tourelle pour abaisser les coûts du transfert de GNL

Fin 2019, quatre FLNG opèrent sur la planète : deux dans l’océan Indien, un dans le Golfe de Guinée et un au large de l’Argentine. Ces 2 derniers opèrent en mer calme amarrés à une jetée. Le système d’ancrage sur tourelle externe permet au FLNG présent dans l’océan Indien de tourner à 360° pour s’adapter aux conditions de mer et se positionner dans une direction optimale pour effectuer le transfert de GNL (weathervaning).

Cette tourelle constitue cependant un élément fragile de la structure du FLNG et représente un coût significatif de plus d’une centaine de millions de dollars, d’autant qu’elle n’est pas nécessaire dans une mer orientée par une houle directionnelle variant peu (+/- 15° par rapport à la direction médiane). Elle peut être remplacée par un ancrage classique aux 4 coins du FLNG (spread mooring). D’un coût nettement réduit, cet ancrage fixe l’orientation du FLNG.

Grâce à des essais réalisés sur un simulateur en temps réel, Total a acquis un savoir-faire lui permettant de cerner les conditions métocéan pour effectuer le transfert de GNL d’un FLNG ancré sans tourelle, en offshore, vers un méthanier à couple. Cette nouvelle technique apparaît particulièrement adaptée au golfe de Guinée où Total est actuellement présent sur plusieurs projets offshore.

Ces études ont également permis d’identifier les aspects logistiques marins et de définir des critères d’opérabilité indispensables pour proposer un FLNG compétitif capable d’opérer en offshore, en attendant l’avènement des systèmes de transfert en tandem.

Gaz naturel liquéfié

Une énergie pour l'avenir

Gaz naturel liquéfié

Adapter les architectures pour réduire les coûts

Gaz naturel liquéfié

Les plateformes gravitaires ouvrent le champ des possibles