En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Ok, tout accepter
Personnaliser
Please check an answer for every question.
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Nous partageons également des informations de votre navigation avec nos partenaires analytics. Ils peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueillies suite à l'utilisation de leurs services.

Des inspections plus rapides, précises et économiques. Telles sont les promesses du prochain drone sous-marin qui, demain, contribuera à préserver et à renforcer l’intégrité des conduites sous-marines des développements deep offshore opérés par Total.

daniel_byrd_exploration_production_total
Daniel Byrd

Offshore Profond

Du ROR à l'AUV

L’intégrité des installations sous-marines compte parmi les sujets les plus stratégiques du deep offshore. Une défaillance est toujours préjudiciable à la production. Elle peut aussi nuire à l’environnement en cas de fuite d’hydrocarbures ou de produits chimiques. Dans tous les cas, les moyens logistiques lourds nécessaires à leur réparation impliquent des dépenses importantes. Aujourd’hui, nous réalisons les campagnes d’inspection destinées à anticiper et à prévenir les défaillances au moyen de ROV (Remotely Operated Vehicle) pilotés en surface à partir d’un bateau dédié. Mais nous sommes confrontés au double problème des coûts croissants et de la disponibilité réduite de ces moyens classiques d’inspection.

L’optimisation de ces opérations constitue donc un enjeu de premier ordre, d’autant que nous nous apprêtons à pousser nos futurs développements jusqu’en ultra deep offshore et dans des zones très isolées. Pour relever ce défi, nous nous sommes engagés aux côtés de Chevron, dans un programme intensif de R&D pour qualifier la première technologie d’AUV (Autonomous Underwater Vehicle). Ce robot opérera sans lien avec la surface, et les équipements seront suffisamment complets pour lui permettre de se substituer aux ROV d’inspection.

Des performances accrues à coûts réduits

Le premier objectif de ce programme est le développement d’un AUV d’inspection acoustique et visuelle des pipelines sous-marins et des éventuelles dégradations des sols (glissements et écarts) sur lesquels ils reposent. Pour nous, qui opérons aujourd’hui 5 000 km de pipelines sous-marins, ce saut technologique offrira de substantiels avantages, tant économiques que technologiques.

  • Une réduction des coûts : grâce à une vitesse d’inspection de l’AUV quatre fois supérieure à celle d’un ROV, les campagnes seront plus rapides et leur coût journalier sera réduit via l’allégement des moyens logistiques.
  • Une meilleure maîtrise HSE : la réduction de la taille des équipages de surface limitera l’exposition aux risques des opérations de levage, et l’AUV intégrera la fonction clé de détection des fuites d’hydrocarbures.
  • Des inspections plus efficaces : elles seront menées grâce à un véhicule d’une forme plus adaptée que des ROV ou des ROTV, pour porter tous les capteurs utilisables en même temps.

L'AUV d'inspection de pipelines, un bouquet de technologies embarquées

Développé avec C&C Technologies selon les spécifications définies en collaboration avec Chevron, l’AUV d’inspection de pipelines pourra être lancé à partir de n’importe quel navire ou support, pour une plongée de vingt-quatre heures.

Naviguant sans assistance en surface, il détectera et évitera tout obstacle potentiel grâce à un sonar d’une portée de 300 m. Il utilisera une technologie innovante de suivi automatique des conduites associée à une centrale inertielle de navigation et intégrera un outil de correction de trajectoire. Cette extrême précision lui permettra de circuler à 2,5 m seulement au-dessus des conduites.

Son échosondeur multifaisceau fournira des images 3D du pipeline et du fond de la mer. Un scanner laser sous-marin détectera déformations, fissures ou portées libres des conduites. Des photographies digitales de haute résolution, assemblées par une technique de mosaïque, délivreront l’image complète du pipeline. Un ensemble de capteurs (acoustique, renifleur, fluorimétrique) assureront quant à eux la détection de fuites d’hydrocarbures. Autre innovation remarquable : un capteur sans contact de mesure de potentiel électrique permettra de monitorer la protection cathodique des pipelines contre la corrosion.

Des premières campagnes en mer, menées en 2015 sur le champ offshore profond Petronius de Chevron (golfe du Mexique), ont démontré la fiabilité du système de navigation, crucial pour la qualité des futures inspections. Des tests ont également permis d’éprouver avec succès les interfaces qui assureront la communication de l’AUV avec la surface durant ces opérations.

La livraison d’un AUV industriel d’inspection de pipelines, prévue fin 2017, sera la première étape d’un plan plus ambitieux de développement de ce robot sous-marin. L’objectif est de pouvoir disposer d’ici 2023 d’AUV work class – capables, à l’instar des working ROV, d’interagir avec les installations – et de résidents sur site pour en assurer la surveillance permanente.

 

Retrouvez notre dossier offshore profond sur TOTAL.COM

Offshore profond

De nouveaux horizons à portée de main

Offshore profond

Flow assurance : clé du succès des développements pétroliers

Offshore profond

Le transport des effluents par pompes multiphasiques