If you continue to browse this website, you accept third-party cookies used to offer you videos, social sharing buttons, contents from social platforms..
OK, accept all
Personalize
Please check an answer for every question.
Deny everything
Allow everything
We use cookies to personalise content, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use on our site with our socal media and analytics partners who may combine it with other information that you've provided to them or that they've collected from your use of their services.

Après avoir interrompu nos opérations en Azerbaïdjan en 2012, nous reprenons la campagne de forage sur le bloc offshore d’Absheron. Avec un objectif : accélérer à moindre coût la mise en production de ce champ gazier, d’ici 2020, en effectuant simultanément l’appréciation dynamique de l’extension du réservoir en vue des phases futures. D’où le choix de construire un puits à deux branches combinant appréciation et développement, qui sera à terme relié aux installations existantes de notre partenaire SOCAR.

george_oommen_exploration_production_total
George Oommen

Forage & Puits

Deux puits en un

Située au-dessus d’un réservoir gréseux très enfoui, la zone d’opération est marquée par une géologie complexe, à laquelle nous avons déjà été confrontés en 2011 avec le puits d’exploration ABX-2 (bouché et abandonné début 2018). D’après cette expérience, la solution d’un puits « mixte » à deux branches s’est imposée comme la plus logique pour le forage du puits à haute pression ABD-001. En effet, elle va permettre de réduire le temps nécessaire – et les coûts correspondants – pour atteindre nos objectifs d’appréciation et de développement, et de réaliser la complétion du puits le plus tôt possible.

Lancé en mai 2018 pour une durée de 379 jours, ce forage à double branche va permettre de gagner entre 250 à 300 jours par rapport à des puits d’appréciation et de développement séparés. Le puits ABD-001 comprend ainsi :

  • Une première branche d’appréciation en aval-pendage, qui va cibler les réservoirs Fasila B et D au nord-est, afin d’identifier des contacts entre fluides et de mieux délimiter l’extension du gisement en vue des phases de développement ultérieures, jusqu’à une profondeur d’environ 7.500 m.
absheron_schema_exploration_production_total

 

  • Une seconde branche de production en amont-pendage, qui sera forée à partir du puits existant dans les réservoirs Fasila B et D vers le sud-ouest entre 4 675 m et près de 6 900 m de profondeur. Ce puits dévié sera optimisé pour la récupération des condensats.
absheron_schema_exploration_production_total

Une architecture des plus complexes

Dans le cas de base et en tenant compte des deux branches, l’architecture de ce puits comprend pas moins de dix sections, avec des jeux et des tolérances très limités pour descendre les différents casings et liners.

La traversée à faible profondeur (environ -900 m) d’une couche « d’eau pétillante » a été menée à bien grâce à un système de récupération de boue à double densité sans riser (MRR, Mud Recovery without Riser) pour le forage puis la descente des tubages de 22 pouces. La présence d’une barrière de schistes fluents mal consolidés autour de -3 000 m de profondeur d’eau impose une isolation rapide pour prévenir les venues, éviter la perte de l’ensemble de forage et garantir l’intégrité du puits.

Dans les deux branches du puits, la variation de la pression de réservoir augmente le risque de collage par pression différentielle de la garniture de forage, causé par une distribution de pression non uniforme autour des tiges de forage. Ce risque est maîtrisé en respectant des propriétés de boue spécifiques et en optant pour  des techniques de forage particulières. De même, l'inclinaison maximale des deux branches est limitée à environ 30° pour prévenir les coincements différentiels.

Les défis du projet

  • La Caspienne est une mer intérieure fortement enclavée, d’où la difficulté à trouver des appareils de forage haute pression disponibles sur une longue période et capables d’intervenir à 7 500 m de profondeur. Cette contrainte nous a obligés à faire appel à un contracteur local, opérateur d’une nouvelle plateforme semi-submersible, avec qui nous n’avions jamais travaillé.
  • Compte-tenu du planning « en accéléré », nos équipes ont dû décupler leurs efforts pour  rester dans les temps pour les opérations – dont la passation de pas moins de cinquante nouveaux contrats – et la mise en service d’une toute nouvelle base logistique destinée à recevoir les équipements commandés.

Forage & Puits

Des puits forés au meilleur coût, en toute sécurité

Forage & Puits

Optimiser la gestion des risques dans les puits

Forage & Puits

Forhor : améliorer la productivité des puits