Vingt ans avant la fusion avec Total, Elf Aquitaine lance en partenariat avec l’Institut Français du Pétrole (IFP – Energies nouvelles) un programme de R&D nommé « FORHOR » pour FORage HORizontal. L’objectif : permettre la réalisation de drains horizontaux pour faciliter la récupération d’huile ou de gaz, et ainsi améliorer la productivité des puits. Des recherches couronnées de succès dès les années 1980, et qui ont permis de révolutionner le forage pétrolier. Retour sur cette innovation de rupture avec Daniel Plathey, Directeur Recherche & Développement de la branche EP.

Expert_DanielPlathey_2832x4256_FR
Daniel Plathey

R&D

Pouvez-vous nous rappeler les objectifs du programme FORHOR ?

FORHOR a été lancé en réponse à la découverte du champ de Rospo Mare, au milieu des années 1970. Des ressources extraordinaires pour lesquelles nous devions apporter une réponse innovante, et pour cause. La roche était compacte, le réseau très fissuré, l’huile visqueuse, avec d’importantes venues d’eau. Une configuration empêchant les puits verticaux et déviés !

L’objectif de ce programme R&D était donc de taille, puisqu’il s’agissait à la fois de valider la faisabilité technique du forage horizontal et développer une technologie innovante pour valoriser des réserves considérées inaccessibles jusqu’au début des années 1980. Cinq années de recherches, et quatre grandes thématiques : la méthodologie gisement ; la conduite du forage ; les diagraphies électriques et l’équipement des puits et leur mise en production.

Et le succès ne s’est pas fait attendre …

En effet, un an après le début du programme, débute en mai 1980 le forage du puits LACQ 90, le premier puits horizontal d’Europe occidentale. A 670 mètres de profondeur, ce puits a traversé le gisement sur 270 mètres, dont 100 à l’horizontal ! Un premier succès suivi de nombreuses réalisations expérimentales de taille industrielle : le puits LACQ 91 en 1981, le premier puits horizontal offshore de Rospo Mare en 1982, et enfin le puits horizontal CLU 110 sur Castéra-Lou, à près de 3000 mètres de profondeur.

Mais la réussite du programme FORHOR ne se limite pas à ces puits. Il est également à l’origine de nombreux outils, qui ont permis d’accroître la performance du forage horizontal : le MWD (Measurement While Drilling), le LWD (Logging While Drilling). Sans oublier le SIMPHOR (Système d’instrumentation et de mesure en puits horizontaux).

Quarante ans plus tard, que représente à vos yeux cette innovation ?

Le forage horizontal a complètement bouleversé l’activité Forage Puits. Il s’agit d’une innovation de rupture, majeure pour l’industrie pétrolière et gazière. Un peu comme le forage rotary en son temps … Le transfert opérationnel a été rapide. En moins de dix ans, la technologie est devenue un standard international.

Le forage horizontal a permis d’élargir le champ des possibles, de produire des ressources à l’époque considérées inexploitables, tant d’un point de vue économique que technique. Et il continue encore d’ouvrir des opportunités puisque c’est grâce au forage horizontal que l’exploitation des hydrocarbures de schiste peut aujourd’hui se développer.

Une innovation qui a également assis l’expertise technique de Total.

Tout à fait, c’est une réussite magnifique qui a fortement contribué à la construction de l’identité technologique du Groupe.

Elle véhicule un message fort à l’intention de ceux qui pensent que la recherche est l’apanage des seules sociétés de services, que les opérateurs doivent prendre des technologies existantes sur étagères. Au contraire, le projet FORHOR monte à quel point une major telle que Total a un rôle stratégique à jouer pour impulser les technologies de demain, assembler les briques, être intégrateurs … Les sociétés de services ont ensuite suivi, parce qu’il y avait un important marché à développer. Mais l’idée a germé grâce aux métiers et à la R&D.

L’innovation a-t-elle encore sa place dans l’aventure du forage horizontal ?

Plus que jamais, puisqu’il faut accroître toujours plus le déport. Et ouvrir ainsi de nouveaux horizons grâce à une plus grande fenêtre de forabilité. Nous avons su capitaliser sur le saut technologique du forage horizontal et garder une longueur d’avance, grâce à de nombreuses réalisations importantes dans toutes les régions du monde.

Nous sommes également impliqués dans plusieurs programmes de recherche aux côtés de sociétés de services et de start-up spécialisées dans les ERD (Extended Reached Drilling). Avec un objectif : valider les technologies qui permettront, dans un futur proche, de réaliser des forages allant jusqu’à des déports de 20 000 mètres. L’enjeu est donc majeur, puisque ces 8 000 mètres supplémentaires permettraient par exemple d’accéder à des réserves marginales à partir de plateformes existantes sans en créer de nouvelles.

Forage & Puits

Des puits forés au meilleur coût, en toute sécurité

Forage & Puits

Optimiser la gestion des risques dans les puits

Forage & Puits

Forage horizontal : histoire d'une révolution industrielle